top of page

Le contact avec la nature peut-il contribuer à la transition de la petite enfance à l'école ?

La transition de la petite enfance à l'école primaire est une étape cruciale dans la vie d'un enfant et de ses parents. C'est une période d'ajustement majeur qui peut parfois être accompagnée de stress et d'anxiété. Dans cet article, nous explorerons les effets du contact avec la nature et de quelles façons cela peut contribuer de manière positive à cette période critique du développement.



La transition de la petite enfance à l'école primaire

Par définition, « la transition est une période pendant laquelle l’enfant s’ajuste graduellement à son nouvel environnement tant physique, social qu’humain » [1].


La transition de la petite enfance à l'école primaire est un moment excitant, mais aussi éprouvant pour de nombreux enfants et parents. Cela implique souvent un changement de routine, de nouveaux environnements, de nouvelles responsabilités et des attentes différentes.


C’est également pour toutes ces raisons que de nombreux chercheurs sont préoccupés par ce sujet, car le stress relié à cette transition aura des effets déterminant sur :

  • Le succès scolaire futur de l’enfant

  • Ses résultats en lecture et en mathématique,

  • Sa participation en classe,

  • Son engagement et sa motivation dans ses activités scolaires [2].


L’effet du temps passé en nature

La littérature scientifique actuelle ne permet pas d’établir un lien de causalité entre : une transition réussie et des apprentissages en contact avec la nature lors de la petite enfance. Cela dit, il existe des effets sur des variables qui prédisent la qualité de l’adaptation à l’école tels que le temps et le nombre de périodes passées en contact avec la nature [3]. Autrement dit, plus les enfants passent de temps et de longues périodes à l’extérieur, plus cela leur permettra d’être prêt à faire face aux changements causés par la transition.



Afin de brosser un portrait global des effets du temps passé en contact avec la nature, voici plusieurs résultats d’études qui ont permis de mettre en lumière ses bienfaits sur le développement global ainsi que sur le stress des enfants :


  • Physique et moteur :

    • Permets aux enfants de développer leurs habiletés motrices. [4]

  • Socioaffectif :

    • Le temps passé à l’extérieur et en nature permet aux enfants d’interagir et de collaborer davantage lors de jeux non structurés. [3]

    • Contribue de manière positive à la résilience et à l’autorégulation chez les enfants. [5]

  • Cognitif :

    • Les enfants qui passeraient plus de temps en plein air ont une meilleure mémoire et une meilleure capacité d’attention. [6]

  • Langagier :

    • Lors de sorties régulières en nature cela permettrait de contribuer de manière positive à leurs capacités langagières et de communication. [7]

  • Stress :

    • Les effets de la nature permettent de contribuer à la réduction du stress tant chez les adultes que chez les enfants. [8]


Conclusion

La transition de la petite enfance à l'école primaire peut être une période stressante pour les enfants, mais le contact avec la nature offre une solution précieuse et encourageante sur le développement global et le stress des tout-petits.


Il va sans dire que cette période anxiogène est un moment redouté par de nombreuses personnes. Cela dit, mettre de l’avant des environnements de jeux non structuré et d’apprentissage qui maximise le contact avec la nature peut s’avérer une avenue pédagogique intéressante pour le développement de compétences essentielles pour la préparation à l'école [3].


Bref, en intégrant régulièrement la nature dans la vie des enfants que ce soit par le biais d’apprentissages en plein air ou en jouant en contact avec la nature quotidiennement, il est possible de contribuer à rendre cette transition plus douce et positive.


Remerciements

J'aimerais prendre le temps de remercier Claude Dugas pour le partage de ses connaissances ainsi que pour la révision de cet article.


Références
  1. Legendre, R. (2005). Dictionnaire actuel de l’éducation (3e éd.). Montréal : Guérin Éditeur

  2. Projet Partenaires pour la réussite éducative en Estrie. (2019). Guide d’accompagnement à la première transition scolaire à l’intention des acteurs intersectoriels pour favoriser la réussite éducative. Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

  3. Burgess, E., et Ernst, J. (2020). Beyond Traditional School Readiness: How Nature Preschools Help Prepare Children for Academic Success. International Journal of Early Childhood Environmental Education, 7(2), 17-33.

  4. Fjørtoft, I. (2004). Landscape as playscape: The effects of natural environments on children's play and motor development. Children Youth and Environments, 14(2), 21-44.

  5. Ernst, J., Johnson, M., et Burcak, F., (2018). The nature and nurture of resilience: Exploring the impact of nature preschools on young children’s protective factors. International Journal of Early Childhood Environmental Education, 6(2), 7-18.

  6. Ulset, V., Vitaro, F., Brendgen, M., Bekkhus, M. et Borge, A. I. H. (2017). Time spent outdoors during preschool: Links with children’s cognitive and behavioral development. Journal of Environmental Psychology, 52, 69-80.

  7. O’Brien, L. (2020). Learning outdoors: the Forest School approach. Outdoor Learning Research. Routledge.

  8. Kuo, M. (2015). How might contact with nature promote human health? Promising mechanisms and a possible central pathway. Frontiers in psychology, 1093.


83 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page